#MustRead –” Once a Lace Capital, Now Riven by French Politics “#calais

Superfine lace is made on antique Leavers looms at the Noyon Dentelle factory in Calais. Noyon is one of the few French lace makers remaining after globalization battered the industry. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

CALAIS, France — The clang of giant weaving looms ricocheted across a cavernous factory one recent afternoon at Desseilles Laces, one of the oldest lace makers in France. A handful of workers flitted among the machines, guiding gossamer threads into a floral confection destined for luxury lingerie and couture dresses.

The halls here, and at hundreds of lace factories around Calais, were once thick with employees. But as competition from countries with cheaper labor costs buffeted France, waves of layoffs swept through this working-class town on the edge of the English Channel.

Today, fewer than 300 employees remain at just three factories — Desseilles, Noyon Dentelle and Codentel — a fraction of the 30,000 whose livelihood depended on lace less than two generations ago. Around Calais, the hulking brick skeletons of abandoned lace factories cast shadows over modest, low-slung houses. And Desseilles was recently taken over by a Chinese investor, drawing laments that a crown jewel of the industry had fallen into foreign hands.

It has been a painful retreat for an industry whose delicate creations symbolized “Made in France” know-how, an economic pattern repeated across the country and one of the most divisive issues in the presidential election.

Continue reading the main story

Photo

Fewer than 300 artisans make their livelihood in Calais from French lace, down from over 30,000 three decades ago. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

From steel mills to auto factories, the loss of hundreds of thousands of jobs to globalization has created social distress — and competing visions from the candidates about how to fix it. France’s rigid labor laws, despite recent reforms, add a layer of complexity by making it difficult for companies to adjust to a shifting economy.

In ravaged industrial areas like Calais, anger about the impact of globalization is fierce, as unemployment tops 20 percent and the remaining factory floors rely more heavily on machinery than manpower.

Continue reading the main story

Photo

The forces of globalization, like the job losses at Noyon, have become a focal point of the French presidential campaign. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

The far-right firebrand Marine Le Pen won big in last Sunday’s presidential runoff in such locales. Her pledges to revive industry in France, impose “intelligent” protectionism and roll back harmful European policies have found a ripe audience.

Continue reading the main story

And while Emmanuel Macron, the liberal former economy minister, is expected to win on May 7, France’s blue-collar bastions may yet prove a liability. His vows to create jobs by keeping France open to global competition and easing labor rules must win over disenchanted workers who have seen incomes and job security erode.

“Marine Le Pen says this election is about the patriots versus the globalists,” said Famke Krumbmüller, the head of research at OpenCitiz, a political risk consultancy in Paris. “She’s right: The new cleavage opposes those who feel they have lost from globalization and want economic and national protectionism, versus those who think the answers to France’s problems also lie in European and international openness and cooperation.”

An Unraveling Dream

French lace has long been a symbol of refinement. After the Napoleonic Wars ended in 1815, the French aristocracy drove demand for the luxurious adornments that were just starting to be produced in Calais. Today, superfine lace continues to embellish outfits of the elegant, whether as a cascade of sheer flowers on the Duchess of Cambridge’s wedding dress, or layered in couture gowns on catwalks around the world.

Continue reading the main story

Photo

The prestigious “Made in France” label guarantees quality, as seen in dresses on display at the Calais Lace Museum.CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

Lace-making began to flourish here in the early 19th century, after three British weavers smuggled giant looms, called Leavers machines, across the English Channel to evade English restrictions on selling lace to the French.

They set up in the textile-making town of Calais. The new industry blossomed, and the metallic click of the Leavers looms vibrated in Calais’s narrow streets day and night. Some streets are named after leaders of an industry that ushered in jobs, prosperity and a cosmopolitan makeover that would sustain the town’s families for generations.

Continue reading the main story

Photo

The Rue Leavers in Calais, where some streets are named after leaders of an industry that once provided jobs and prosperity. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

The dream began to unravel around the 1960s. Factories still relied heavily on the antique Leavers looms, which were slow and required many employees. When more efficient lace-knitting machines were added, workers lost jobs.

Shifting fashion trends also affected demand, as women started wearing pants, plainer shirts and fewer dresses and undergarments trimmed with lace. More casual lifestyles took their toll on lace tablecloths and handkerchiefs.

In the ensuing decades, more jobs were lost as factories opened in Asia, cranking out lower-quality but passably pretty lace. Many of Desseilles’s clients shifted their buying away from Europe.

Labor costs were up to 15 times cheaper in Asia than in France, where employers also pay high taxes on salaries to fund the generous social welfare system. “A French person working 35 hours a week cost the same as 15 Chinese,” said Michel Machart, the head of MM Textile, a consultancy.

Then in 2005, the European Union abolished textile import quotas, allowing cheap garments — and knockoff lace — from Asia to flood the European market. It was the final blow.

Soon, only a few thousand of the 30,000 lace-related jobs that had existed 30 years earlier were left. The sound of Leavers machines gave way to silence as layoffs accelerated and factories were abandoned.

Continue reading the main story

Photo

Today, the hulking brick skeletons of abandoned lace factories cast shadows around town. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

Unemployed lace workers in Calais went to nearby steel and paint factories, only to see them shutter, too.

Manufacturing in France in general has fallen from about 25 percent of the economy in the 1960s to around 10 percent today, putting millions of people out of work.

Ms. Le Pen has capitalized on the disenchantment. “The main thing at stake in this election is the rampant globalization that is endangering our civilization,” she told supporters last Sunday. She wants to pull France out of “harmful” European pacts and hold a referendum on membership in the European Union. Around Calais, which used to vote for the far left, Ms. Le Pen’s posters promise to “Bring Order Back to France.”

Continue reading the main story

Photo

Political posters are part of the streetscape in Calais. Placards for Marine Le Pen abound on some streets. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

Mr. Macron, a former Rothschild banker, says that business-friendly policies and sticking with the European Union are the way to shield France from globalization’s threat.

“Globalization can be a great opportunity,” he said on the campaign trail. On Wednesday, he repeated his message at a Whirlpool factory destined for closure in his hometown, Amiens, after a visit by Ms. Le Pen. But in a stagnant economy with high unemployment, he was jeered by some workers, who blamed cheap competition for killing jobs.

On the Verge

At Noyon, executives tried to play the globalization game. In 2003, they opened a factory in Sri Lanka. Like Desseilles, Noyon was still making expensive Leavers lace for high-end lingerie clients, and hoped the production in Sri Lanka would improve margins.

It didn’t stop the bleeding. With around 800 workers in Calais, representing 60 percent of Noyon’s costs, revenue kept eroding.

Noyon laid off hundreds of employees, many of whom had spent their lives in the factories. “It hit all types of workers,” said Henri-Philippe Durlet, the general director of Noyon. “It was people who designed patterns, threaded bobbins, cut lace, maintained the machines, as well as drivers and customs officers who had less to inspect.”

Continue reading the main story

Photo

Henri-Philippe Durlet, the general director of Noyon, battled to save the company, including opening a factory in Sri Lanka to offset French production costs.CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

As losses mounted, Noyon filed for bankruptcy last September and was on the verge of closing until a group of French lingerie makers swooped in to invest, wanting to protect their high-quality supply. Today, with just 170 employees, it is the largest lace factory in town.

The only way it can keep a competitive edge, Mr. Durlet said, is by maintaining the exquisite design and quality of French lace that artisans have perfected for decades.

Continue reading the main story

Photo

A lace artist with decades of experience sketches patterns by hand. The designs are sometimes copied by factories in Asia. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

Desseilles faced a similar fate, exacerbated by French labor laws. In 2011, facing what Michel Berrier, an owner, called “catastrophic losses,” Desseilles went into receivership to shed nine of its remaining 74 workers in a bid to survive.

But five employees, among them protected union leaders, sued to be reinstated. In 2015, a court ordered Desseilles to rehire them with back pay and damages, a cost of nearly one million euros. With debts of €600,000, it was money Desseilles did not have.

The company was forced into bankruptcy. “Globalization isn’t the only reason we ran into trouble,” said Mr. Berrier, surveying his near-empty factory floor. “The French labor laws put the last nail in the coffin.”

Ms. Le Pen’s National Front party issued a news release blaming cheap Chinese competition and the French labor code for endangering Desseilles.

Yet it was a Chinese investor, Hangzhou Yongsheng Group, that rescued the company, acquiring it in 2016.

Since then, Yongsheng, which runs textile and investing companies in Asia, has increased productivity, installing a bright new LED system that allows employees to easily identify flaws, and grouping Leavers machines closer together so that one employee can work several looms at once. Yongsheng also added new looms, and linked employee pay to production.

Continue reading the main story

Photo

Modern lace machines installed by a new Chinese investor at the Desseilles Laces factory help improve margins. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

“‘Made in France’ matters — the expertise is here,” said Cloris Li, Yongsheng’s manager in France, who wants to start an Asian luxury label using French-made lace. “I hope I can bring a brighter future to Desseilles.”

With the factory humming again, Mr. Berrier hired five new employees, and hopes to obtain seven more.

Even there, the French system can provide disincentives. When he tried to hire a lace maker whom Noyon had laid off, he said, the man told him he was collecting so much of his old salary through unemployment, he saw no point in working.

Disappearing Jobs

The last of the lace makers are relieved to have jobs, but many are nostalgic for the days when French lace was king. Most have family ties to the factories that go back for generations.

“I learned how to string a bobbin when I was 11,” said Sonia Rengot, 47, a lace maker at Noyon for over 30 years. “Everyone in Calais had someone in the business.”

Today, when she walks around town, she can tell just by looking in a shop window whether the lace on a dress was made in Asia or in Calais.

Continue reading the main story

Photo

Lingerie sellers like Victoria’s Secret use lace made in Asia. Garments made with the finest quality French lace are easily distinguishable. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

Jean-Philippe Lenclos, 50, has worked the lace machines at Desseilles for 30 years. “We’ve seen our colleagues leave one after another,” he said. “I’m the last one: My three children are teenagers, but none of them wants to do what their father is doing.” He added that the younger generation has grown up hearing only about layoffs.

Even as they hope the factories will stay afloat, the lace makers seem aware that the damage to France’s lace industry — and to other manufacturers around the country — is permanent. On the streets of Calais, no one really expects the factories to return.

Continue reading the main story

Photo

In Calais, few think either presidential contender will be able to bring jobs back or reverse France’s industrial decline. CreditDmitry Kostyukov for The New York Times

Mr. Durlet, the Noyon executive, does not think either of the presidential contenders is capable of reversing France’s industrial decline. Not Mr. Macron, with his pledges of keeping France open to globalization. Not Ms. Le Pen, with her vision of hard protectionism.

“She talks about closing borders, but what will that serve?” Mr. Durlet asked. “Nothing. ”

But for some on the factory floor, Ms. Le Pen’s promises have struck a chord.

“People are so disappointed that they will go vote for Marine Le Pen out of frustration,” said Renato Fragoli, a 23-year Desseilles veteran who led an employee group called the Forgotten, which backed Yongsheng’s bid to keep the factory from closing.

“It’s truly sad,” said Mr. Fragoli, recalling the scores of longtime workers who left the factory amid waves of layoffs. “But I can understand them. The jobs have disappeared.”

Advertisements
Posted in Uncategorized | 1 Comment

#Incontournable –” 7 Novels that Explore the Complexity of Modern France “

7 Novels that Explore the Complexity of Modern France

France today is diverse, energized and full of paradoxes. So is its literature. Consider these 7 books as the French head to the polls.

Incollege, I did my thesis on the French writer Michel Houellebecq, a polemic figure who provokes a love or hate reaction in his fellow countrymen. Houellebecq’s bestselling The Elementary Particles (hailed by The New York Times’ Michiko Kakutani as a “deeply repugnant read”) posits cloning as an escape hatch from bachelorhood; his first novel, Whatever, explores the financial value of the unattractive underclass. His novels are often bleak to the point of nihilism, misogynist, and morally insensitive, but they are also compassionate, ironic, and deeply smart, and it is the vulgarity of Houellebecq’s contradictions that makes him truly French. The country that gave us “Liberty, Equality, and Fraternity” was also the first country in Europe to ban the Islamic face veil. The France that produced the Lesbian coming-of-age drama, Blue is the Warmest Color also produced Le Pen.

In the final days of the French election — now a runoff between the centrist Emmanuel Macron and the Front National’s Marine Le Pen — here’s a selection of books that celebrate a diverse, complicated, and many-sided France.

1. The Mersault Investigation, by Kamel Daoud

A stunning novel that grapples with Arab identity and the effects of colonialism in Algeria, Daoud gives a voice to the nameless Arab killed by Albert Camus’ fictional antihero, Mersault, in “The Stranger,” by reimagining the story from a grieving brother’s point of view.

2. Chanson Douce, by Leila Slimani

Dubbed the French “Gone Girl” and recipient of France’s top literary prize, The Goncourt, Moroccan-born Slimani’s harrowing second book about a killer nanny brings up difficult questions about culture and class.

3. Les Premiers, by Xabi Molia

This satirical novel about superheroes in contemporary France is an irresistible send-up of the current climate in French politics and culture. (And don’t miss the author’s trenchant collection of poems written from the point of view of Nicolas Sarkozy, “Grandeur de S”.)

4. Submission, by Michel Houellebecq

It is 2022 and a new Islamic party has come to power in France. All women must wear the veil, polygamy is encouraged, and a middle-aged, pitiable lecturer is offered an impressive promotion if he converts.

5. The End of Eddy, by Edouard Louis

Widely hailed for its unflinching, yet sensitive portrayal of a man questioning his masculinity, this book about physical and psychological violence swept Europe with a Knausgårdian force.

6. De Nos Frères Blessés, by Joseph Andras

Although he refused it because he feared the attention would distract him from his writing, Andras was nevertheless awarded the Goncourt in 2016, France’s highest literary prize, for this novel inspired by the true story of an anti-colonial communist executed during the Algerian war.

7. Hello, Sadness, by Francoise Sagan

An indulged teenager’s summer vacation on the French Riviera with her father and his mistress is ruined by the arrival of an intelligent, older rival for her father’s affection. This beloved book about a domestic ménage-à-trois couldn’t be more French.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Melenchon- -du Candidat du “Front Unique Ouvrier ” d’antan … au Moi-Moi-Moi = La Déchéance du JLM, champion de l’Ego: c’est triste :-)#JLM

#JLM –du Candidat du “Front Unique Ouvrier ” d’antan … au Moi-Moi-Moi = La Déchéance du JLM, champion de l’Ego: c’est triste 🙂

“Je m’voyais déjà ..;” ben, apparemment, l’Amer Mélenche se voyait bien Président –ben, voyons …Pour ceux/celles qui croient en La Mère Theresa et le père Méloche … Triste Dé-convenue: Ce petit jeune homme qui se présente a l’air d’apporter vraiment du sang frais?

-Ministre, Sénateur

-Euro-député, député:

Mélenchon =+ de 40 années dans les Corridors du Pouvoir !

… Un peu de décence –fais place à d’autres et joue le jeu de la démocratie–au lieu de Jouer de Mon Ego = Moi-Moi-Moi …

==========

http://www.pausepeople.com/salaires-impressionants-stars-politiques-francaises/8/

” 12 009 euros ?” …et Vive le Socialisme ?

8. Jean-Luc Mélenchon – 12 009 €
Le député européen perçoit une indemnité de base de 7807€ ainsi qu’une indemnité de frais généraux de 4202€. Il perçoit également 298€ d’indemnité forfaitaire par jour de présence à Strasbourg.

lelab.europe1.fr
lelab.europe1.fr

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#when –” Manifestation à Paris le 1er mai 2002 contre Jean-Marie Le Pen “

Manifestation à Paris le 1er mai 2002 contre Jean-Marie Le Pen

01 mai 2002
04m 09s
Réf. 01101

Partager

Notice

Résumé :

Le 1er mai 2002, environ 500 000 personnes manifestent à Paris contre Jean-Marie Le Pen, en lice pour le second tour de l’élection présidentielle.

Type de média :
Date de diffusion :
01 mai 2002
Source :
Personnalité(s) :

Contexte historique

Dès l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle le 21 avril 2002, des manifestations spontanées contre Jean-Marie Le Pen, qualifié pour le second tour, ont lieu à Paris et dans les grandes villes de province. Cette mobilisation prend rapidement une très grande ampleur : durant les 15 jours qui séparent les deux tours de l’élection, plusieurs millions de Français, et plus particulièrement les lycéens et les étudiants, participent à des rassemblements, débats et pétitions contre le Front National.

Le 30 avril, plusieurs dizaines de milliers de lycéens défilent ainsi à Paris. Mais c’est surtout le lendemain 1er mai, jour traditionnel des manifestations syndicales, que la mobilisation anti-FN connaît son apogée : environ 1,5 million de personnes descendent dans les rues contre l’extrême droite sur l’ensemble du territoire français. Plus de 50 000 manifestants sont par exemple dénombrés à Lyon et à Grenoble, 45 000 à Toulouse, 40 000 à Bordeaux, 35 000 à Rennes ou encore 30 000 à Marseille et Lille.

La manifestation parisienne, organisée entre la place de la République et celle de la Nation rassemble quant à elle environ 500 000 personnes : il s’agit d’un des plus grands défilés que la capitale ait connu depuis la Libération. En raison de cette ampleur, l’immense cortège doit même être scindé en trois itinéraires pour rejoindre la place de la Bastille. La gauche plurielle et plusieurs ministres figurent dans le cortège, en compagnie des syndicats. Les élus de droite en sont absents. François Fillon, président RPR de la région Pays-de-la-Loire, explique ainsi cette position : “Il n’est pas dans notre culture de manifester”. Mais gauche comme droite appellent à voter Jacques Chirac le 5 mai 2002 pour “faire barrage à l’extrême droite”.

Christophe Gracieux

Éclairage média

Ce sujet diffusé le soir même de la manifestation contre Jean-Marie Le Pen le 1er mai 2002 à Paris se décompose en trois séquences. Dans un premier temps, le présentateur David Pujadas ouvre le journal télévisé en commentant “l’image du jour”, à savoir l’immense cortège des manifestants filmé par l’hélicoptère de la Préfecture de Police autour de la place de la Nation.

Il s’agit dès le début du journal de souligner l’ampleur du rassemblement, David Pujadas insistant par ailleurs sur son caractère historique (“le défilé le plus important depuis l’école libre”). Dans un second moment est diffusé un reportage réalisé au milieu du cortège. Le journaliste qualifie ce dernier de “marée humaine” : plusieurs plans montrent une foule très dense. Puis de manière classique, le reportage s’intéresse aux différents moyens d’expression utilisés par les manifestants pour dire leur rejet des idées de Jean-Marie Le Pen. De multiples pancartes et banderoles individuelles témoignent de leur imagination, proclamant “Le Pen petit Pétain” ou “le 5 mai faites de Le Pen un détail de l’histoire” (allusion à l’affirmation de Jean-Marie Le Pen en 1987 selon laquelle “les chambres à gaz ne sont qu’un point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale”).

De nombreux drapeaux tricolores, des références au triptyque “Liberté, égalité, fraternité” ou des bonnets phrygiens sont aussi visibles, les manifestants affichant de la sorte leur attachement aux valeurs de la République. On peut également entendre des slogans contre Le Pen, dont “C’est pas les immigrés, c’est pas les sans-papiers, c’est Le Pen qu’il faut virer”. Le reportage s’attache tout spécialement à mettre en valeur la diversité des manifestants. Diversité d’origines, le journaliste évoquant “une foule black, blanc, beur”, référence notamment à la victoire de l’équipe de France de football lors de la Coupe du monde 1998. Et diversité générationnelle : de nombreux jeunes battent le pavé, de même que des familles entières ; un couple de personnes âgées est également interrogé. Ce reportage insère du reste un micro-trottoir. Transparaît une “ambiance bon enfant”, en particulier à travers la musique qui ressort du défilé et le plan final sur un couple s’embrassant place de la Bastille. Enfin, dans un dernier temps, une fois le cortège dispersé, un journaliste recueille le témoignage de deux manifestants en direct de la place de la Nation.

Christophe Gracieux

Transcription

David Pujadas

Bonsoir à tous, merci de votre attention. L’image de ce 1er mai. Pour commencer, cette foule immense dans les rues de Paris autour de la Place de la Nation, 400 000 personnes selon la police, 900 000 selon les organisateurs, foule compacte, compressée même au départ de la manifestation en début d’après-midi. On a noté plusieurs évanouissements. Le cortège a du être scindé et réparti sur plusieurs itinéraires. De mémoire de parisien, c’est le défilé le plus imposant depuis la grande manifestation pour l’école libre en 1984. Une mobilisation qui va bien au-delà des prévisions et dans une ambiance bon enfant. Qui sont ces manifestants au milieu du cortège ? Reportage Martin Gouesse et Abdel Zoueche.

Martin Gouesse

Une véritable marée humaine de République à Nation, une vague qui dit non à Le Pen. Plus de 400 000 personnes qui se retrouvent dans une ambiance bon enfant. Malgré les orchestres, on est pas là pour la fête, on est venu de 7 à 77 ans, on est venu en famille pour ses enfants.

(Musique)
Manifestante

Pour que eux, ils sachent les valeurs qui nous ont été apportées par nos parents.

Manifestants

«C’est pas les immigrés, c’est pas les sans-papiers, c’est Le Pen qu’il faut virer…»

Martin Gouesse

Les slogans sont connus, depuis le 21 avril, mais personne n’oublie que c’est dimanche prochain que tout se joue. Il était important d’être aujourd’hui dans la rue.

Manifestante

Très, très important.

Martin Gouesse

Aussi important que d’aller voter.

Manifestante

Ce qui est important, c’est aujourd’hui ou dimanche ? Pour nous, c’est dimanche. Pour nous, c’est dimanche.

Martin Gouesse

Les drapeaux français cotoient les banderolles faites à la maison. Il fallait mettre la main à la patte et ne pas laisser les syndicats seuls en première ligne.

Manifestante

On va s’intégrer après, on attend de laisser passer les syndicats et on s’intègre après.

Martin Gouesse

Une foule black, blanc, beur, à 4 jours du second tour après le séisme, beaucoup espéraient ce sursaut républicain.

Manifestant

Avec ce monde, je suis rassuré, ce monde ne pourra que mieux se passer.

Martin Gouesse

Le 1er mai, c’est traditionnellement la fête du travail. Face à l’extrême droite, le 1er mai 2002, restera la fête de la fraternité.

David Pujadas

Place de la Nation, on retrouve en direct Pascal Doucet-Bon. Bonsoir Pascal, la dispersion n’est toujours pas achevée, l’ambiance reste paisible.

Pascal Doucet Bon

Oui, l’ambiance est très paisible, bon enfant, vous entendez derrière moi de la musique, de la musique de toute sorte, de la musique techno, des tam-tam. Les gens sont venus en famille, vous pouvez le voir autour de moi, la dispersion se fait lentement. Mais vous savez que les derniers manifestants n’ont quitté la place de la République qu’il y a une heure environ. Alors il y a quelques minutes, nous avons fait la connaissance de quelques manifestants rencontrés au hasard. Bonjour, est-ce que vous pouvez tout d’abord m’expliquer ce que vous faites ici, tout simplement ?

Manifestant

Ce que je fais ici, je suis là pour défendre, pour me battre, pour la différence. Cette différence qui fait tant peur aux gens, aux électeurs du Front national. Et une chose à leur dire, c’est que ces électeurs, qui acceptent ces différences, c’est une force, c’est une force pour notre pays et c’est dans cette différence qu’on va construire un beau pays et pas dans la haine comme le prouve et l’amène le Front National aujourd’hui.

Pascal Doucet Bon

Est-ce que vous avez déjà manifesté un 1er mai ?

Manifestant

Non, jamais, jamais, jamais. C’est la première fois, c’est la première vraie manifestation pour une vraie cause.

Pascal Doucet Bon

J’avais une question également pour Valérie. Valérie, est-ce que, il y a pas un risque avec ce genre de manifestation, d’énerver les éventuels électeurs du Front, d’énerver les abstentionnistes, de stigmatiser systématiquement ?

Valérie

Je crois pas, pourquoi les énerver, non ? A partir du moment où on dit les choses clairement, on dit, on veut pas de Le Pen. Je crois que c’est aussi une leçon de civisme pour tout le monde, il faut voter, c’est important. Voilà, il faut pas s’énerver, on peut toujours discuter des choses. Si ils ont envie de venir discuter, moi j’ai pas de soucis, on peut discuter de tout ce qu’ils veulent.Du programme de Le Pen avec lequel je peux pas être d’accord, on peut discuter de la Démocratie, on peut discuter de l’avenir de la France. Y a pas de raison d’énerver les gens, on est pas là pour ça.

Manifestant

On est là pour simplement non, il y a des choses avec lesquelles on peut pas être d’accord. Voilà.

Pascal Doucet Bon

Voilà, David, on va essayer de trouver d’autres interlocuteurs un peu plus tard dans ce journal, à tout à l’heure.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Classique –Is Clémentine Autain clueless ? =” Resterons-nous spectateurs de l’irrémédiable ? “… by C. Autain

c’était hier? oui; Yesterday, only yesterday. Mais, aujourd’hui la Droite explose et ils/elles n’ont rien appris; on ne nous fera pas croire que El Commendante a quoi que ce soit à voir avec Bernie Sanders ou Podemos: c’est faux.

A voir ce désastre qu’ils ont créé 15 ans après un certain Avril 2002. Honte à vous ! A tous ces professionnels de la politique:

Mélenchon: qui n’a jamais eu un boulot … avec un 1/2 Siècle dans les Corridors du Pouvoir:

Sénateur & Député,  Ministre et eurodéputé ? a fait son temps

qu’il dégage.

Votez Leila Chaibi (bon, pas en 2017 …)

 

 

Is Clémentine Autain clueless ?(on y revient …)

 (Only the link will remain shortly —on ne laissera que le lien sous peu comme d’habitude …)
* here:/ici

http://www.regards.fr/web/article/le-jour-d-apres#comments

==================================

Reminder: All of Our Blogs are compilations, citations; hence, you will find very little I myself write (10% -Not. Not even 1%; )

we may reproduce some article in its entirety, once in a while; but, soon enough, you will find the link only … Et, gageoans que d’ici un an … this article will be completely obsolete ?🙂

Nota Bene: on entend pas trop Clémentine sur Calais … est-ce une impression ?

==================================

Resterons-nous spectateurs de l’irrémédiable ?

(NDE: Nous publions qqs articles de 2014 –Nul doute que Clémentine actualisera son coup de gueule –

Une droite extrême banalisée, une gauche atomisée et impuissante, un état de sidération politique qui se généralise… C’est pourtant maintenant qu’il faut réagir. Pour ne pas périr.

 En ce lendemain de week-end politique, nous avons la gueule de bois. La fascination devant Marine Le Pen a franchi un nouveau cap. Il n’y a qu’à voir toutes ces bouches bées devant l’irrésistible ascension de la patronne d’extrême droite, réélue à la tête d’un FN rajeuni, pimpant, déterminé à prendre les rênes du pouvoir. Tournant en boucle, les images de “Marine” triomphante ne sont pas contrebalancées par des dents mordantes, pertinentes, efficaces, à même de tenir la dragée haute à ceux qui représentent un si grand danger pour la démocratie, l’égalité, la liberté.

Pendant qu’Éric Zemmour profite à plein de toutes ses tribunes libres dans les grands médias, madame Le Pen se pavane de plateau en plateau pour expliquer qu’elle seule peut redresser la France et se porter garante de notre République. On s’étrangle. Face à ce spectacle de banalisation, sentez-vous le parfum du scandale, un vent de révolte qui souffle et gronde ? Eh non. Comme si la sidération avait pris le dessus. Et les sondages viennent, chaque semaine un peu plus, planter dans le paysage le scenario autrefois impensable d’une victoire du FN.

N’avoir plus que le choix entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen ?

Or, aussi ahurissant que cela puisse être, c’est du côté de l’UMP que les regards se tournent pour trouver le sésame contre l’irrésistible ascension de l’extrême droite. Alain Juppé, chemise ouverte à la une des Inrocks, est ainsi transformé en meilleur rempart d’une Marine Le Pen aux portes de l’Élysée. Alain Juppé, nous rabâche-t-on à longueur d’éditos, serait en passe d’incarner « un espoir pour la gauche ». Diantre. Nous parle-t-on de cet ancien premier ministre contre lequel nous avons marché sous la neige pendant des mois en 1995 parce qu’il voulait nous imposer un plan de liquidation du système de retraite ? Est-il question de ce leader d’une droite sûre d’elle-même, déroulant interviews après interviews son projet libéral et réactionnaire ? Nous parlons bien de cet homme de l’UMP. Le peuple de gauche serait aujourd’hui prêt à se pendre à son cou. Pire, cet électorat est même appelé à se préparer à une autre hypothèse ultime : choisir in fine Nicolas Sarkozy contre Marine Le Pen. Qui l’eut cru ?

À Regards comme ailleurs, nous nous demandons comment il est possible d’en être arrivé là. Nous savons bien que le gouvernement, menant une politique de droite au nom de la gauche, a cassé les repères et brisé les espoirs. Nous voyons bien que le Front de gauche n’a pas réussi à capter le mécontentement qui en découle, à incarner une alternative crédible de gauche, trop associé qu’il est à l’union de la gauche, et donc au PS, et empêtré dans ses difficultés internes, sa cartellisation, son manque de créativité collective. Nous avons pleinement conscience que l’hégémonie culturelle est polarisée à droite, bien à droite, et que le mouvement social est à la peine, trop atteint par les échecs répétés et les méfaits de politiques néolibérales et austéritaires qui cassent les statuts, les liens sociaux, les vies. Oui, tous les pans de la tradition du mouvement ouvrier sont en crise.

Trouver un sens commun, une force commune

Mais sommes-nous condamner à choisir entre, d’un côté, le reniement des valeurs de gauche au nom du pragmatisme et, de l’autre, la répétition des vieilles recettes et l’éclatement des forces ? Les échecs passés nous rendent-ils si apathiques, refermés sur nous-mêmes, apeurés devant une situation sociale et politique potentiellement désastreuse que l’audace nécessaire dans la période resterait introuvable ? Allons-nous nous laisser bercer par les événements ou prendre le taureau par les cornes en assumant le travail de refondation, sur la forme et sur le fond, et de renouvellement à même de susciter la mise en mouvement, de fédérer les énergies collectives et individuelles, vers la création d’une nouvelle force de transformation sociale et écologique ? Est-il possible que, sur ce champ de ruines à gauche, nous sachions être responsables et susciter à nouveau le désir d’engagement ?

Il en va de la reconstruction de l’imaginaire comme du cadre organisationnel. Les forces disponibles pour mener cette entreprise politique sont nombreuses en France aujourd’hui. Elles sont chez les femmes de chambre du Royal Monceau comme à Notre-Dame-des-Landes, chez les Fralib comme à Grenoble parmi les élus qui retirent un marché de publicité au géant Decaux pour reprendre les murs de la ville. Elles s’expriment au cinéma pour clamer « On a grèvé » ou dans le roman d’aujourd’hui, à l’instar de La petite communiste qui ne souriait jamais. Mais que pèsent ces résistances et espaces d’invention s’ils restent éclatés, loin d’un sens commun qui se dégagerait par une force commune ? Des alternatives concrètes existent, se pensent et s’inventent. Nous ne partons pas de rien. Mais la perspective n’est pas (encore tracée) et le temps presse.

Ou les forces d’alternatives se mettent ensemble au travail, lucides sur le besoin de convergences nouvelles et le niveau de refondation à produire pour être audible et crédible. Ou nous n’aurons plus qu’à aller vivre dans des arbres.

Accueil > Politique | Par Clémentine Autain | 12 janvier 2015

========================

La haine ou le commun

Posted in Uncategorized | Leave a comment | Edit

Libé–” Une web-BD pédagogique pour sensibiliser aux enjeux climatiques “

Voici le premier chapitre de cette petite BD efficace, réalisée en partenariat avec l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et la mairie de Paris.

http://www.liberation.fr/planete/2016/09/23/une-web-bd-pedagogique-pour-sensibiliser-aux-enjeux-climatiques_1506519

‘était hier

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#ShameOnYou — A tous ces Dirigeants qui ont amené ce fiasco — Avril 2002-2017: ” Ils n’ont rien compris/rien appris ” …

On aura le temps de reparler du séisme d’Avril 2017 — qui a vu exploser la droite.  Pour faire court: il y avait une avenue pour que la gauche unie gagne. Mais, non Mélenchon: il ne suffit pas que la la droite explose ! 

Il faut encore qu’en face il y ait une gauche qui tienne debout ! et ce n’est pas le cas … trahissant le PS (c’est son droit), JLM se réfugie dans des soutiens staliniens. Alorslà, on rêve: il en est là! à bramer qu’il n’est pas d’extrême gauche (sic) et à mendier un poste.

Mais, il ne nous fera pas oublier un 1/2 Siècle dans les Corridors du Pouvoir ,

+ de 30 ans au PS

-ministre, sénateur

-député et eurodéputé = pas l’anti_système qu’il veut être.

Ils ont foiré, ils — de Poutou * à Mélenchon –via Hamon **, etc –pour diverses raisons et , chacun à son niveau: ils nous ont prouvé qu’ une bande d’imbéciles pouvait réaliser l’impossible- en 15 ans:

nous remettre dans la même merde …

Bravo.

Qu’ils dégagent

*Bien sûr, le NPA ne fait pas ” partie de la photo de famille ” (au débat)

**Et, oui; il a certainement essayé … Mais, le bilan est le même.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

#Lalaland –“Il y avait Leila, Raquel & Clémentine + Mélenchon & they all lived in La la Land …”

 

Edito: ” L’ Arnaque Mélenchon ”

«France belle et généreuse qui commence chaque jour comme un matin neuf sous sa devise liberté, égalité, fraternité »

Unreal ! Tu vis en France ? Le “Che “avait promis de gagner … + de faire échec au péril Le Pen dès le premier tour … Il a échoué, comme la fois précédente –où il versa qqs larmes. On peut avoir ces désaccords: sur son programme, le fait que le PG soit un parti de gvt, qu’il n’a rien à voir avec le Mélenchon, révolutionnaire trotskyiste. Mais, faire des promesses et prendre des engagements veut dire maintenant: qu’il dégage. On publiera qqs lignes courant 2017: mais, ni Bernie Sanders … ni Podemos: Mélenchon continue à faire ce qu’il sait mieux faire: du mélenchon.

Qu’il dégage .

🙂

=========================

On en reparle …

They don’t have

1–The Youth’s vote

2–The Blacks or Beurs’ vote

3- neither have they done any major campaign towards the ” abstentionnistes ” … the dis-enfranchised

so, what did you expect ?

🙂

Posted in Uncategorized | Leave a comment